Du Seigneur des Anneaux aux croyances néopaïennes: Litha ou le solstice d’été
Champ de blé au soleil coucher du solstice d'été

Du Seigneur des Anneaux aux croyances néo-païennes: Litha ou le solstice d'été

Symbolisme du solstice d'été

Placé généralement le 21 juin, le solstice d’été célèbre la journée la plus longue de l’année, où le soleil est le plus visible, avant la lente descente vers la saison ombre (oui, déjà). 

Fêté par toutes les civilisations, cette journée est un moment-clé dans beaucoup de cultures en lien avec la Nature et plus généralement avec le soleil. Connu dans les pays du Nord de l’Europe saxonne sous le nom de Midsummer ou Midsommar chez les scandinaves, Litha est fêté sur tout le globe mais doit cependant son nom païen moderne à la littérature anglaise… 

Venez avec moi, je vous raconte tout!

Litha: les origines littéraires ou historique du festival du solstice d'été

Litha dans le Seigneur des Anneaux?

Mais pourquoi citer l’oeuvre phare de J.R.R. Tolkien pour évoquer le solstice d’été?

Je vais vous laisser mariner un peu et d’abord évoquer une figure historique: Bède le Vénérable. C’est un moine anglo-saxon du VIIIe siècle qui, comme beaucoup d’érudits de son époque, s’est intéressé à tous les domaines. On lui doit notamment un livre sur le temps et la chronologie du nom de De temporum ratione dans lequel apparaît la première mention de Litha. Grâce au chapitre dans lequel il donne le nom anglo-saxon de tous les mois de l’année, on découvre que Juin s’intitulait “Lida”. 

Exemplaire du Seigneur des anneaux de Tolkien

 

Toutefois, après cet ouvrage, on ne trouve guère mention de Litha… jusqu’au XIXe siècle, où un professeur britannique invente les aventures d’un tout petit héros aux pieds poilus, dont il développera longuement les mœurs et coutumes dans les 100 premières pages de son grand oeuvre. Car vous le savez si vous avez lu ou essayé de lire (je ne juge pas!) Le Seigneur des anneaux, Tolkien s’épanche longuement sur les coutumes des Hobbits!

Et qu’apprend-on au chapitre III? 

“Le seul personnage officiel de la Comté était à cette date le maire de Grand’ Cave (ou de la Comté), qui était élu tous les sept ans à la Foire Libre tenue sur les Blanc-Hauts au Lithe, c’est-à-dire au solstice d’été.”

Vous pensez qu’il n’y a pas de quoi de quoi fouetter un chat? Eh bien dites-vous bien que cette toute petite allusion a permis de populariser le terme “Litha”.

Le pouvoir de la littérature…

La célébration du solstice d'été: des sites (pré)historiques à travers le monde

Certes, Litha est connu aujourd’hui sous ce nom par l’intermédiaire de Tolkien mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un moment important de l’année, astronomiquement fort bien connu de nombre de civilisations anciennes, comme le montrent les sites archéologiques qui lui sont dédiés. 

Coucher de soleil pour le solstice d'été à Stonehenge (Angleterre)
Stonehenge

Le plus célèbre d’entre eux est bien évidemment Stonehenge. Ce monument mégalithique du sud de l’Angleterre, considéré par la NASA comme l’un des 5 observatoires astronomiques anciens, revêt une importance religieuse de plus en plus évidente aux yeux des chercheurs. L’une des particularités du site est sa capacité à marquer le temps et notamment les solstices, hiver comme été.

C’est notamment pour cette raison qu’une fête néopaïenne s’y déroule chaque année pour le solstice d’été où l’on peut voir le soleil effleurer la fameuse Heel stone.   

Site d'Extersteine (Rhénanie du Nord, Allemagne) connu pour son emplacement par rapport au soleil du solstice d'été @ Daniel Schwen
Extersteine (Rhénanie du Nord, Allemagne) @ Daniel Schwen

En Allemagne, la formation naturelle de Exernsteine abrite un temple néolithique dont l’autel était aligné avec le soleil du soltice d’été. 

Autre exemple énigmatique: le tumulus du Grand Serpent dans l’Ohio (USA). Long de plus de 410 mètres, il aurait été érigé par plusieurs cultures amérindiennes. Toujours est-il que sa tête pointe exactement vers le soleil du Solstice d’été. 

Pyramides de Khéops, Khéphren et Mykerinos sur le plateau de Gizeh, en Egypte
Dans l'ordre, les pyramides de Kheops, Khephren et Mykerinos. C'est bien celle de Kheops la plus haute mais celle du fiston est construite un peu plus en hauteur et semble dominer les autres (un petit malin ce Khephren).

L’Egypte regorge aussi d’architecture en lien direct avec le calendrier solaire. Par exemple, le soleil du solstice d’été se couche très exactement entre les pyramides de Khéops et Khephren (plateau de Gizeh, depuis le Sphinx) avec une précision à faire pâlir nos architectes modernes. 

Rites anciens et rites modernes du solstice d'été

Soleil, abondance et amour

Le point commun des célébrations du solstice d’été dans toutes ces anciennes civilisations est le soleil, et son élément le plus représentatif: le feu. Il n’est toutefois pas rare de trouver des rituels autour de l’élément eau, comme c’est souvent le cas dans les autres sabbats comme Ostara par exemple. 

Dans la roue de l’année et des célébrations de la nature, Litha marque un moment de joie autour de tout ce qui pousse, des cultures maintenant plantées et qu’il faudra bientôt moissonner. C’est la fête de la fertilité, de l’abondance, de la réussite, de la croissance et de la fortune. 

Mais pas seulement!

Cérémonie de Handfasting @ Kam Abbott of Nanaimo, Canada
Cérémonie de Handfasting @ Kam Abbott of Nanaimo, Canada

L’amour est également de la partie! Si, à Imbolc, l’amour se faisait naissant, si à Ostara il prenait corps dans la sexualité, s’il s’enracinait à Beltaine, il se concrétise dans la matière au moment de Litha.

Saviez-vous que la pleine lune de juin était surnommé la lune de miel? Sans grande surprise, le solstice donc est considéré dans beaucoup de traditions comme le meilleur moment pour se marier. Les cérémonies de Handfasting étaient d’ailleurs courantes à cette époque les siècles passés et le sont encore aujourd’hui dans le néo paganisme.

Celles et ceux qui connaissent la série Outlander ou les livres dont elle est tirée savent de quoi je parle! Il s’agit d’une sorte de cérémonie d’engagement où deux personnes se lient l’une à l’autre par des liens symboliques qui sont entrelacés autour de leurs mains. Cette cérémonie pouvait aussi bien être considérée comme des sortes de fiançailles que comme un contrat temporaire susceptible de ne pas mener à un mariage.

Les rites anciens

Si le solstice d’été parle d’abondance, il est également synonyme de travaux pénibles liés à la subsistance. C’est en effet le début des premières récoltes et du travail agricole en général, un élément présent dans beaucoup de civilisations anciennes. 

Lors du solstice d’été, Méan Samhraidh de son nom celte, on raconte que les druides choisissaient précisément ce moment de l’année pour cueillir les plantes sacrées, notamment celles liées à la guérison. 

Chez les Scandinaves on implorait Thor, le dieu du Tonnerre (et non pas le héro sexy de l’univers Marvel, je vous vois venir!), de faire tomber la pluie. On sait que les anciennes fêtes religieuses étaient également prétexte à des discussions politiques et administratives. Il en étaient ainsi chez les Vikings à cette période de l’année.

 

Feu de joie pour le solstice d'été

Sans surprise, le feu est l’élément central de cette fête dédiée au soleil. Le solstice d’été était l’occasion d’allumer de grands feux de joie en haut d’une colline, à la vue de tous et toutes, autour desquels on dansait en cercle. L’image vous est familière? C’est tout à fait normal puisque la religion chrétienne a “emprunté” cette tradition (comme beaucoup d’autres) pour mieux assimiler les anciens rites païens au culte chrétien. Ainsi, on allume encore de nos jours les feux de la saint Jean, réminiscence des feux du solstice d’été. 

Dans les temps anciens la course du soleil était d’ailleurs célébrée en enflammant des roues qu’on faisait dévaler le long des collines. 

Dans la mouvance néopaïenne, fêter Litha consiste à honorer le dieu dont brillent les derniers feux puisqu’il est prêt à se sacrifier et mourir au moment de la saison sombre qui n’est déjà plus très loin…

Fleurs violette au coucher de soleil du solstice d'été

Comment fêter Litha de nos jours?

Le thème majeur du solstice d’été étant la célébration du soleil et, par là, du feu, l’un des rituels les plus simples pour fêter Litha est tout simplement de danser autour d’un grand feu de joie pour célébrer l’arrivée de l’été. On peut faire des rituels à midi, au soleil levant ou au couchant, pour honorer l’astre solaire en utilisant dans objets de couleurs chaudes ou des symboles en lien avec le soleil (roue, spirales jaune, orange, rouge, ocre…). Si vous n’avez pas la possibilité de faire un feu, allumer des bougies est une bonne alternative. Une bougie blanche sera idéale pour formuler des vœux en cette période d’abondance. La divination est, comme souvent lors de ces moments-clés de l’année, une activité habituelle. 

Feu de joie du solstice d'été dans une petit jarre

Comme tous les sabbats, Litha est un moment propice au retour à la nature, à l’ancrage, pour pratiquer la magie verte. D’ailleurs, pourquoi ne pas imiter les anciens druides et profiter du solstice pour cueillir les herbes de saison: achillée, bruyère, camomille, cannelle, lavande, marguerite, millepertuis, noisetier, reine-des-prés, romarin, rose, sureau, verveine…? De manière plus triviale, on peut organiser des activités créatives comme la créations de mandala à base d’éléments naturels. 

Exemple de rituel pour fêter Litha, le solstice d'été: le mandala floral

Le solstice d’été célèbre d’abondance, et reste le meilleur moment de l’année pour travailler sur la prospérité. Car Litha est également symbole d’action: les choses que l’on a planifiées à Imbolc sont autant de graines qui ont été plantées à Ostara. Il est donc temps d’agir pour récolter les fruits de son travail! L’action peut aussi passer par des choses simples. Pourquoi, en ce 21 juin, ne pas aller se promener, courir, danser ou nager?

Car n’oublions pas que si le feu est le symbole du solstice d’été, l’eau l’est également. Les herbes cueillies à Litha l’étaient principalement pour une pratique médicinale. L’eau revêt cet aspect guérisseur lors du solstice, c’est pourquoi les puits sacrés étaient souvent visités à cette période.

 

Ce jour de mariage sacré entre la terre et le ciel  est évidemment une date idéale pour célébrer les unions, que ce soient les cérémonies de handfasting ou les mariages!

Et puis… pourquoi ne pas profiter de Litha pour relire Le seigneur des anneaux? (et dépasser ls 100 premières pages!). 

Bon solstice à toutes et tous! 

Hisae

Sources

  • Deborah Blake, Litha: Rituels, recettes et histoires du Solstice d’été, Editions Danaé, 2017. 
  • Jean-Paul Persigout, Dictionnaire de la mythologie celtique, Imago, 2009. 
  • Jack Parker, Witch please, J’ai lu, 2020.
  • Arin Murphy-Hiscock, La sorcière verte, Contre-Dires, 2021.
  • Jane Meredith, Les rites célébrations de la roue de l’année, Editions Danaé, 2019.